• Manifeste
  • Équipe
  • Ecosystème
  • Blog
  • Presse
Démo
Connexion
Retour aux articles
Rédigé le
Social

Illectronisme : tous pareil face au numérique ?

Peur, honte, isolement, découragement, manque de temps, manque de confiance en soi et face aux services numériques des organisations ... 17% de la population est exclue.

Le numérique a révolutionné nos modes de vie, il ouvre des portes, permet de s'enrichir intellectuellement et financièrement, mais est-il accessible à tous?

Imaginez que certaines grandes entreprises excluent une grande partie de la population sans le savoir alors que le numérique est un puissant levier d'insertion sur le plan économique: gain de temps et d'argent ainsi que sur le plan social: lien social renforcé, autonomie dans les démarches.

L'illectronisme, une exclusion numérique qui touche 17% de la population française

L'illectronisme est une exclusion à proprement parlé. Elle se définit par une habilité numérique qui se présente par des difficultés voire même une incapacité face aux outils numériques, aux logiciels ou dû à un manque ou même absence totale de connaissance.

Au total, 17% de la population française est exclue.

Qui est concerné? C'est tout un panel de français qui sont touchés par cette exclusion numérique. De plus, avec la covid, l'utilisation du numérique s'est accentuée et est devenue quasiment une norme, ce qui n'a fait que renforcer les pénalités de cette population dite «fragile».

On peut penser à tort, que ceux qui ont le plus de mal face au numérique sont les personnes âgées, puisque selon Emmaüs Connect, _https: //societenumerique.gouv.fr/13-millions-de-francais-en-difficulte-avec -le-numerique / _ Ils représentent tout de même plus de 5,7 millions de personnes (27%) âgées de plus de 60 ans et 42% des plus de 80 ans.

Mais, sont également concernés les moins de 35 ans qui représentent 15% et un bon nombre de jeunes sont en difficultés. Les jeunes savent bien souvent parfaitement utiliser les réseaux sociaux mais se retrouvent en échec sur des services numériques en ligne, préférant refuser l'obstacle et accentuer leur éloignement de la société.

Tout ceci nous laisse 14 millions de personnes qui ne veulent pas ou ne savent pas utiliser le numérique dans une société où tout se dématérialise.

On sait que le numérique est un outil d’inclusion pour réunir les personnes lorsque les situations / évènements ne le permettent pas mais il est surtout un facteur d’exclusion et donc provoque un risque de rupture urgent.

Impact social du numérique et illettrisme numérique

A l’heure où le numérique fait partie intégrante de notre quotidien et où presque n’importe quelle démarche devient dématérialisée, comme le paiement des factures, aides sociales, impôts. Il devient important d’avoir accès à des outils tels que les ordinateurs, tablettes, smartphones, mais aussi à un réseau internet.

Les jeunes, même s'ils font partie de la génération née dans le numérique, peuvent rencontrer également des difficultés. Certes ils savent se servir des taches basiques tel que passer des commandes, suivre les cours, parler entre eux via Twitch, Discord ou bien Twitter mais quand est-il des démarches administratives ? Quelles sont leurs réactions ? Sachant que cela peut déclencher un sentiment de honte chez eux, un ressenti mal perçu pour un jeune.

L’accessibilité pour une meilleure performance numérique

L’accessibilité, c’est prendre en compte toutes les capacités physiques et mentale de chaque utilisateur, ainsi que son environnement et de ses conditions d’utilisations.

Elle constitue également un levier de ROI (retour sur investissement) pour les entreprises. En effet, plus les points de ruptures sont supprimés ou évités, plus le nombre de clients potentiels augmente car leur parcours d’utilisation est adapté.

Les personnes atteintes d’handicaps moteurs peuvent avoir du mal à utiliser certains appareils : avoir accès à un site web ou des applications mobile à une main est beaucoup plus accessible et confortable. Et pour les personnes à mobilité réduite, il s’agirait de concevoir des appareils accessibles à une main, un doigt ou bien à la parole.

Il existe des handicaps non visibles mais qui participent à l’illectronisme.

Le daltonisme touche 8% des hommes et 0,5% des femmes en France... Quels en sont les conséquences ? C’est l’incapacité à distinguer correctement les couleurs. Lors de leurs expériences d’utilisation les personnes atteintes de daltonisme ont une tout autre interface d’utilisation beaucoup moins évidente.

Par exemple, les progressions de couleurs sont compliquées à visualisées ce qui rend l’expérience d’utilisation très difficile parfois impossible.

Quant aux dyslexiques avec un trouble spécifique de la lecture, cela se concrétise par des difficultés dans l’acquisition du langage écrit et dans l’automatisation des mécanismes pour la maitrise de l’écrit : lecture, l’écriture, l’orthographe.

N’avez-vous jamais été confronter à des mots de passe d’identification du type : ZyH35Ee et avoir eu du mal à s’identifier au bout de la première fois même avec l’option son ? Imaginez ceux qui n’ont pas la même perception que nous et qui peuvent avoir honte ou qui n’y arrivent pas et rejettent l’action.

Toutes ces personnes souffrent d’un manque d’accessibilité face au numérique, elles n’ont pas forcément une fragilité face au numérique, donc ne souffre pas forcément d’illectronisme. L’illectronisme est juste une autre facette du manque d’accessibilité du numérique. Du manque de connaissance, du manque de savoir que certains peuvent avoir malgré eux.

Certains sites n’ont pas de supports téléphoniques en cas de problème pour les connexions, mots complexes : les personnes âgées arrêtent leurs démarches principalement pour ces raisons. Ils présentent également des gènes dans l’accès aux pages : les cookies en premier plan, les fenêtres de chat, les pages pour d’autres services

Réduire l’illectronisme = réduire la fracture numérique

L’apprentissage reste le point essentiel à la réduction de la fracture d’informatique, Emmaüs, grande école du numérique, de nombreuses organisations apportent des solutions. Tout comme l’association ACIAH, qui lutte pour un numérique plus accessible.

Former les gens au numérique, rends le numérique plus accessible, plus facile pour tous.

Le gouvernement a commencé à s’en emparer en lançant différentes actions. La mise en place par exemple d’une plateforme d’aide pour ses besoins numériques du quotidien, couplé à un support téléphonie. Cf. https://www.solidarite-numerique.fr/

Le Sénat a présenté dans un excellent rapport sur l’illectronisme en Septembre 2020, 45 mesures pour lutter contre l’illectronisme. Vous pouvez retrouver une synthèse de ce rapport et le rapport complet en ligne : http://www.senat.fr/rap/r19-711/r19-711-syn.pdf

La MEDNUM agit également au quotidien afin d’accompagner la transition numérique des territoires.

Améliorer l’empreinte sociale des services numériques

L’illectronisme est un vrai enjeu de société. Selon l’INSEE (étude 2019), 38% de la population manque d’au moins une compétence numérique clef.

C'est également un enjeu pour les entreprises. Des parcours accessibles à tous, ce sont plus de prospects, plus d'usagers, plus de clients satisfaits au final, au-delà même de l'enjeu sociétal.

Inclure un maximum de personne est très important dans le numérique. «Les entreprises qui pratiquent une politique inclusive génèrent jusqu'à 30% de chiffre d'affaires supplémentaire par salaire et une conversation supérieure à celle de leurs concurrents» Selon une étude de Deloitte https://www2.deloitte.com/fr/fr /pages/talents-et-ressources-humaines/articles/diversite-et-inclusion.html

  • Contact
  • F.A.Q
  • Politique de confidentialité
  • Conditions d’utilisation

© 2021 Fruggr

// by Digital4Better

Votre navigation sur le site a émis environ

Ce site utilise des cookies afin d'espionner tout ce que vous faites sur votre ordinateur. C'est mal, mais ça nous intéresse. Plus sérieusement, vous pouvez choisir d'accepter ou non les cookies qui ne sont pas strictement nécessaires au fonctionnement de fruggr.io. ou consulter notre politique de confidentialité afin d'en savoir plus.