Rédigé le

#JOUSIB2022 | Numérique Responsable dans l’e-santé, urgence ou opportunité ?

A l'occasion des 10e journées du SIB sur le thème du Numérique responsable, Fruggr se joint à une plénière sur l'e-santé. L'objectif ? Sensibiliser les acteurs du système de santé, mais aussi générer des synergies pour un virage numérique à la fois éthique, durable et inclusif

Les 10èmes journées des adhérents du SIB se tiennent les jeudi 17 et vendredi 18 mars 2022 au Palais du Grand Large à Saint-Malo sur le thème du Numérique Responsable. Un événement auquel Fruggr participe, dans le cadre d’une table-ronde visant à présenter plusieurs approches et contributions pragmatiques aux enjeux du numérique responsable. L’occasion de rencontrer différents acteurs du secteur de la santé et du numérique, pour voir comment demain, ensemble, nous pourrions être meilleurs pour le monde.

L’humain et la planète devraient être au cœur du virage en e-santé

Face au contexte actuel du secteur de la santé (révélé à travers la pandémie de la COVID-19), deux regards peuvent être posés sur l'accélération du virage numérique : l’un pessimiste et l’autre optimiste. Le premier génère une vague impression de perte de vitesse et de frustration et le second au contraire, génère un élan d’énergie, concentré vers une finalité, un but que l’on considère vertueux, comme une paix durable par exemple, évoquée par l'ONU en mars 2021.

L’opportunité est une rencontre entre des circonstances et une ouverture d’esprit. Il faut savoir profiter du vent arrière tant qu’il souffle dans la voile.
Citation de Gustave Flaubert : Les lettres à Louise Colet, le 17 janvier 1852.

Une expression anglo-saxonne similaire ou équivalente serait : Quand la vie vous donne des citrons, faites de la citronnade. En bref, et si cette crise constituait une occasion de revenir aux fondamentaux, afin que l’innovation ne se fasse pas au détriment de l’humain et de la nature ? Alors il s’agirait d’une belle occasion d’accélérer le virage numérique, ainsi qu’une invitation à joindre e-santé et humanisme par le principe de l’éthique « by design », en favorisant la transparence des systèmes et la responsabilisation des acteurs, comme le présente ce rapport gouvernemental sur le virage numérique en santé. Derrière cette question du virage numérique en santé se cache la question de l’optimisation des systèmes d’information et des indicateurs de performance mais aussi des clefs de cette transformation.

Il existe un véritable enjeu de transition numérique dans le secteur de la santé, pour différentes raisons : pluri-métier, héritage lourd, nombre de parties prenantes énorme, multigénérationnel, augmentation des données de santé, valorisation de ces données, système informatique vieillissant. Développer l’e-santé nécessite une transformation numérique certes, importante, mais qui permet dès aujourd'hui de proposer de nouveaux outils.

Le rapport de Public Sénat de 2020 sur l’illectronisme révèle des exemples illustrant un “déploiement incomplet des outils et fonctionnalités “de base” nécessaires à un développement cohérent de la e-santé en France.

Le déploiement des projets informatiques en santé est généralement vu comme coûteux, complexe et laborieux. Cet état de fait est en partie lié à l’absence d’un « socle de base » (« fondations ») de référentiels et d’outils de premier niveau communément partagés et utilisés par l’ensemble des acteurs. Ainsi, à titre d’exemple : • l’identification du patient ne repose pas encore systématiquement sur l’INS (identifiant national de santé) / NIR (numéro d’inscription au répertoire) ; • les référentiels de sécurité et d’interopérabilité sont peu appliqués sur le terrain ; • l’annuaire RPPS (répertoire partagé des professionnels de santé) ne concerne pas l’ensemble des métiers du sanitaire et du médico-social ; • le déploiement et l’utilisation des messageries agréées MS-Santé ne sont pas encore pleinement effectifs ; • le nombre de DMP (Dossier Médical Partagé) créés et alimentés demeure faible.

Un autre exemple décrivant l’exclusion numérique dans ce même rapport évoque “ un usager « oublié » du virage numérique de santé (l’usager est souvent réduit à un rôle passif dans la construction de son parcours de soin et n’a qu’une visibilité extrêmement faible sur l’utilisation de ses données de santé.

Ce nouveau virage est l'opportunité de placer l'humain et la planète au cœur des systèmes d’information ! Cette transformation devrait être 100% responsable pour être durable et quoi de plus responsable que la santé ?

4 piliers de l'éthique en e-santé

Les quatre piliers de l’éthique que sont l’autonomie, la bienfaisance, la non-malfaisance et la justice sont traditionnellement intégrés dans les différents codes de déontologie en santé, notamment dans le serment d’Hippocrate. Appliqués à l’éthique du numérique, ces piliers doivent tout à la fois concerner l’éthique des données, des algorithmes, des pratiques et des décisions (cf. intelligence artificielle).

Source : Rapport sur l’impact environnemental du numérique en santé

Évaluer le bilan carbone (sobriété), l’éthique et l’accessibilité numérique du secteur de la santé, comment est-ce possible ?

Le calcul du bilan carbone et de l’accessibilité numérique peut s’avérer complexe à mettre en pratique, notamment au regard des statistiques sur les usages et comportements variables face aux outils numériques par les professionnels de la santé. C’est pour cette raison que le gouvernement français a proposé une feuille de route en 2020. Cette illustration résume sa vision :

france relance e sante infographie

Pour illustrer par un exemple concret comment le principe de sobriété numérique pourrait s’appliquer au secteur de la santé, prenons Ecosoin, un outil crée par Vincent Leroux, médecin de Santé Publique.

Par l’auto-diagnostic, EcoSoin, permet de simuler, de construire, de mettre en place ou de suivre les progrès d’un protocole de soin en termes d’éco-conception. Cet auto-diagnostic gratuit et anonyme, lance une démarche innovante collaborative. C’est une check-list pour le professionnel de Santé balayant l’ensemble du cycle de vie des produit/services/soins nécessaires aux actes et pratiques de soins. L’éco-conception tend à minimiser l’impact environnemental, énergétique, en ressources non renouvelables des biens et services proche du soin.

Adopter une approche step by step

Face à la complexité de ce grand virage numérique, le gouvernement a impulsé une série d’initiatives pour favoriser les synergies entre le monde de la recherche, de l’innovation et les professionnels de la santé, afin d’imaginer une digitalisation qui satisferait toutes les parties prenantes ainsi que la planète. Cela implique la création d’espaces de dialogue tels que celui du SIB, pour faire les premiers pas vers un cycle vertueux.

Quelques chiffres illustrant les enjeux du numérique dans le secteur de la santé :

info sante page 3

info sante page 4

info sante page 5

info sante page 6

info sante page 2

Pour aller plus loin ...

Manifeste Fruggr pour un numérique éthique et durable

La tech 4 good ou « la technologie pour le bien commun », c’est le désir d’apporter des solutions digitales innovantes en réponse aux défis environnementaux ou sociaux qui motive de plus en plus d’entrepreneurs.

Green Tech : C’est le nom donné aux pros qui proposent une approche frugale du numérique

Rapports sur le virage numérique dans le secteur de la santé

Rapport sur l’impact environnemental du numérique en santé

En savoir plus sur le SIB

Expert dans la conception, le déploiement et l’hébergement de systèmes d’information hospitaliers (SIH) et de santé (SIS), le SIB accompagne près de 500 établissements de santé et collectivités sur le territoire national et à l’outre-mer.